À l’avenir, les investisseurs étrangers seront autorisés à prendre le contrôle de la majorité des banques, maisons de titres, sociétés d’investissement ou assureurs chinois.

Dans la Bankenbrief, l’Association des banques allemandes fournit des informations quotidiennes sur les actualités et les événements du monde de la finance et de la banque.

Aujourd’hui, le sujet suivant est au centre de l’attention :

La Chine ouvre son secteur financier aux investisseurs étrangers

Les investisseurs étrangers seront à l’avenir autorisés à acquérir une participation majoritaire dans des banques, des maisons de titres, des sociétés d’investissement ou des assureurs chinois. Les autorités responsables travaillent actuellement sur les détails de la nouvelle réglementation, a déclaré le vice-ministre des Finances Zhu Guangyao aujourd’hui à Pékin. Celles-ci seront publiées prochainement. Selon lui, les étrangers devraient initialement être autorisés à détenir jusqu’à 51% de certaines sociétés financières ; après trois ans, toutes les restrictions sur la propriété étrangère seraient supprimées, a-t-il dit. Une période de transition de cinq ans doit s’appliquer aux compagnies d’assurance. C’est le bon moment pour faire avancer la libéralisation du secteur financier, a souligné M. Zhu.

Jusqu’à présent, les entreprises non chinoises ne pouvaient être que des partenaires de second rang dans des coentreprises du secteur financier chinois : elles étaient autorisées à détenir un maximum de 49 %. Des réglementations encore plus restrictives s’appliquaient aux banques. Par exemple, un actionnaire étranger peut détenir un maximum de 20 % des actions d’un établissement financier. Au total, la participation de l’actionnaire étranger dans une banque a été plafonnée à 25 %. C’est l’une des raisons pour lesquelles la grande banque américaine JPMorgan s’est retirée d’une coentreprise de banque d’investissement en Chine en décembre 2017. Les représentants des entreprises se sont félicités des décisions prises aujourd’hui : « C’est un pas dans la bonne direction. Cependant, nous devrions attendre les règlements détaillés. En Chine, il faut toujours faire attention aux petits caractères », a déclaré Ken Jarrett, président de la Chambre de commerce américaine à Shanghai. Un porte-parole de JPMorgan a souligné que son entreprise « se félicite de toute décision du gouvernement chinois visant à libéraliser davantage le secteur financier ».

Autres nouvelles du jour

C’était également important aujourd’hui :

L’UE fixe un délai au Royaume-Uni pour faire avancer les négociations sur la brèche

L’Union européenne (UE) a donné à la Grande-Bretagne deux semaines pour faire des concessions dans les négociations sur la brèche. S’il n’y a pas d’accord de principe dans les 14 jours sur les conditions-cadres du retrait, il ne sera pas possible d’entamer les discussions sur les futures relations de l’UE avec la Grande-Bretagne en décembre comme prévu, a déclaré aujourd’hui à Bruxelles le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier. Lors du sixième cycle de négociations, les deux derniers jours ont été consacrés à la discussion des engagements financiers du Royaume-Uni, du statut de la frontière de l’Irlande du Nord et de la manière de garantir les droits des citoyens de l’UE en Grande-Bretagne après la brèche.

Selon Brexit : l’Allemagne est menacée de voir ses contributions à l’UE augmenter

Le retrait de la Grande-Bretagne pourrait entraîner le versement par l’Allemagne de 3,8 milliards d’euros supplémentaires par an au titre des contributions de l’UE. C’est le résultat d’une étude du Parlement européen, rendue publique aujourd’hui. Avec le brexit, l’Union européenne (UE) va perdre des paiements britanniques pour un montant de 10,2 milliards d’euros.

Villeroy de Galhau veut de nouveaux instruments de crise pour les pays de l’euro

François Villeroy de Galhau, directeur de la banque centrale française, veut aider les États européens en crise avec de nouvelles ressources à l’avenir. Lors d’une conférence à Bruxelles, il a déclaré qu’il proposait des prêts pour la stabilisation, mais que ceux-ci ne seraient pas liés à des réformes ou à des mesures d’austérité, comme c’était le cas auparavant avec les paquets d’aide des partenaires de l’euro. Toutefois, cette possibilité ne devrait être offerte qu’aux pays qui se sont engagés à respecter les règles de l’UE, selon les médias aujourd’hui.

Nowotny : pas de hausse des taux d’intérêt par la BCE l’année prochaine

La Banque centrale européenne (BCE) n’augmentera pas ses taux d’intérêt directeurs avant 2019. C’est ce qu’a déclaré aujourd’hui Ewald Nowotny, directeur de la Banque Nationale autrichienne (OeNB), dans une interview. Il a cité comme raison la promesse de la BCE de ne pas augmenter les taux d’intérêt tant que les achats d’obligations n’auront pas expiré pendant une période plus longue. Cette dernière est actuellement prévue pour la fin septembre 2018.

Rapports des différents établissements bancaires

Les rapports suivants ont été publiés aujourd’hui sur des banques et des institutions financières individuelles :

Ce qui sera important dans les prochains jours

À, les sujets suivants figurent notamment à l’ordre du jour financier :

Le samedi, la nouvelle session du carnaval commence à 11h11.

Lors de la conférence de presse d’automne de l’Association des banques, lundi, Hans-Walter Peters, président du Bundesverband deutscher Banken et porte-parole des associés personnellement responsables de la Privatbank Berenberg, s’exprimera sur les questions actuelles de politique bancaire et économique.

La conférence d’investissement  » Digital Finance  2017″ sur l’avenir de l’industrie financière » commence dans la métropole du Main.

Pour l’ouverture du 20. La semaine de l’euro finance se déroulera en présence de Vítor Constâncio, vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Wolfgang Kirsch, président du conseil d’administration de la DZ Bank, Herbert Hans Grüntker, directeur de la Landesbank Hessen-Thüringen (Helaba), Nick Jue, qui dirige ING-DiBa, Stephan Engels, directeur financier de la Deutsche Bank, ainsi que les représentants de l’association Georg Fahrenschon, président de l’Association allemande des caisses d’épargne et banques de virement (DSGV) et Gerhard Hofmann, président du conseil d’administration de l’Association fédérale des banques populaires et banques de virement allemandes (BVR), sont attendus.

Lundi soir, le PDG d’ING, Ralph Hamers, recevra le titre de « Banquier européen de l’année ».