Brainstorming dans le domaine du commerce

Dans mon dernier article sur les techniques de créativité, j’ai montré un aperçu des différentes approches des techniques de créativité.

Dans cet article, j’aimerais présenter la technique de créativité probablement la plus connue, le brainstorming.

Le brainstorming convient bien à de nombreux artisans pour rassembler des idées en équipe afin de résoudre des problèmes pour des solutions de clients ou pour de nouveaux produits ou des idées de marketing.

Comme vous pouvez le constater, il n’y a presque pas de limites à l’application du brainstorming.

Le brainstorming est l’une des techniques de créativité intuitive et a été inventé par l’Américain Alex Osborne (1888 – 1966).

Il s’agit essentiellement de l’utilisation d’un effet de synergie lorsque ce n’est pas un individu mais un groupe qui réfléchit à un problème ou qui cherche des idées.

Par exemple, si un individu a 10 idées pour un mot-clé, alors un groupe réalise beaucoup plus que 10 idées.

Bien que de nombreuses idées se présentent à plusieurs reprises, il y a toujours une ou deux nouvelles idées par participant, ce qui augmente le nombre total.

Comment procéder à un brainstorming ?

Un brainstorming se compose généralement de trois phases : Une introduction, la collecte d’idées et l’évaluation.

L’introduction au brainstorming :

Si tous les membres du groupe ont déjà une expérience du brainstorming, l’introduction peut bien sûr être omise et la tâche peut être entamée immédiatement.

Sinon, le modérateur doit expliquer brièvement les bases et les règles les plus importantes à tous les participants.

En principe, le modérateur peut être toute personne ayant déjà tenu une session de brainstorming à plusieurs reprises et ayant donc une certaine expérience de cette technique.

Ne vous inquiétez pas, c’est facile et ça ne fait pas mal !

Voici les règles les plus importantes pour le brainstorming : 

Chaque idée est permise et utile !

Laissez libre cours à votre imagination et ne créez pas de contraintes ou de tabous, les idées ne seront triées que lors de l’analyse et de l’évaluation.

Plus la déclaration est spontanée, plus le taux de réussite est élevé !

Pendant le processus de brainstorming, les évaluations par des commentaires ou par le langage corporel sont absolument interdites !

Reprendre ou développer des idées est souhaité et constitue une impulsion importante ! Personne n’a de droit d’auteur sur une idée !

Plus on trouve d’idées en peu de temps, mieux c’est pour résoudre le problème.

Dans ce cas (exceptionnel), la quantité est plus importante que la qualité !

Ensuite, le sujet ou la question est présenté, les questions qui s’y rapportent sont clarifiées et les conditions préalables ou la situation réelle sont précisées.

Il faut ensuite définir un terme central ou une déclaration centrale pour cette tâche.

Pour de meilleurs résultats, cette déclaration doit être écrite sur un tableau de conférence de manière à être facile à lire pour tout le monde.

Mauvais exemples : Que devrions-nous faire pour que nos clients soient plus satisfaits ?

Comment accélérer le processus d’élimination des vieux papiers peints ?

De bons exemples : Augmenter la satisfaction des clients.

Accélération de la suppression des papiers peints.

Mise en œuvre de la collection d’idées :

Tous les participants doivent maintenant exprimer leurs idées, inspirations et réflexions spontanées.

Afin que chacun ait la possibilité de s’exprimer, cela devrait se faire en plusieurs tours.

Sinon, il peut arriver que des membres de l’équipe réticents ou timides, qui ont souvent de bonnes idées, n’aient tout simplement pas la possibilité de s’exprimer.

Il appartient à un bon modérateur de s’assurer qu’il n’y a pas de confusion dans les interventions et que les règles d’or sont respectées.

Un responsable du procès-verbal note toutes les idées sur le tableau de conférence afin qu’elles soient facilement visibles par tous et qu’elles puissent être reprises pour être affinées.

Afin de ne pas oublier d’idées avant votre tour, des feuilles de papier et des stylos doivent être mis à la disposition des participants pour qu’ils puissent noter immédiatement les éclairs d’inspiration.

La pratique montre qu’après environ 20 minutes, les idées s’arrêtent et le sujet semble être épuisé.

On parle d’un trou de créativité.

Il faut maintenant faire une pause de 15 à 30 minutes et les participants doivent utiliser ce temps à leur guise.

Prenez un café, parlez d’un autre sujet ou – ce qui est très bon pour la créativité – allez vous promener.

Après une telle pause, ils vont connaître une nouvelle vague de créativité étonnamment bonne dans une nouvelle tournée – le sujet n’était évidemment pas encore épuisé !

Évaluation des idées :

Dans la troisième et dernière phase du brainstorming, les idées sont passées au crible et structurées.

Les idées sont divisées en groupes qui se rejoignent en termes de contenu.

Une discussion de groupe a lieu si un accord a été conclu à ce sujet, les idées ainsi filtrées peuvent être utilisées pour élaborer des mesures très concrètes afin de s’attaquer aux tâches fixées.

Conclusion du brainstorming

Le brainstorming est idéal pour recueillir des idées en groupes de 5 à 10 participants.

Les groupes plus importants doivent être divisés en sous-groupes afin de garder une trace de la multitude d’inspirations spontanées.

Une session de brainstorming nécessite peu de matériel (idéalement un tableau de conférence et un stylo et du papier pour chaque participant) et un temps raisonnable (30 minutes à 2 heures).

Cette méthode est donc particulièrement adaptée pour rassembler rapidement de nombreuses idées.

Le brainstorming ne résout pas le problème initial !

Mais le brainstorming vous donnera de nombreuses idées sur la manière de résoudre le problème.