Dans l’histoire de l’humanité, les opportunités d’obtenir du capital, de la technologie et des connaissances n’ont jamais été aussi abondantes. L’intelligence artificielle sera sans aucun doute la meilleure accélération du moteur.

Généralité sur l’intelligence artificielle

L’évolution démographique et l’insuffisance de l’offre dans les régions rurales sont des facteurs problématiques qui nécessiteront une stratégie de solution dans les années à venir. Divers projets de recherche examinent déjà si les robots d’injection pourront nous aider dans notre routine clinique quotidienne à l’avenir.

L’administration intra vitréenne de médicaments est la thérapie de choix pour de nombreuses maladies ophtalmologiques. L’évolution chronique de la maladie, comme la forme exsudative de la dégénérescence maculaire liée à l’âge, l’œdème maculaire après occlusion veineuse rétinienne ou la maculopathie diabétique, rend nécessaire la prise en charge régulière des patients sous traitement par IVOM.

L’évolution démographique et l’insuffisance de l’offre dans les régions rurales sont des facteurs problématiques qui nécessiteront une stratégie de solution dans les années à venir. Divers projets de recherche examinent déjà si les robots d’injection pourront nous aider dans notre routine clinique quotidienne à l’avenir. Tout récemment, un article scientifique intéressant a été publié, qui traite des aspects de sécurité de l’injection intravitréenne par un robot. [1]

Le professeur Raphael Sznitman est le nouveau directeur du centre de recherche en génie biomédical ARTORG (Artificial Organ) de l’Université de Berne. « Le centre ARTORG développe des solutions techniques pour les problèmes cliniques. La combinaison de cliniques et de recherches sur la technologie médicale au sein d’une faculté de médecine rend le centre ARTORG unique en Europe. On y développe entre autres des organes artificiels sur puce, la robotique dans le domaine de la chirurgie et de la réhabilitation, des implants de valves cardiaques sans défaillance, de nouvelles thérapies pour les fuites urinaires et les acouphènes ainsi que des applications pour smartphones fonctionnant avec une intelligence artificielle, qui servent d’aide au diagnostic ou de soutien quotidien aux patients diabétiques « .[2] 

Dans une interview du 13.11.2019, le professeur Raphael Sznitman parle d’un de ses projets.

esanum : Cher Prof. Sznitman, vous avez récemment publié un article scientifique intéressant sur les injections intravitréennes par des robots d’injection. Quel rôle joue l’intelligence artificielle dans ce projet? [1]

Sznitman : Tout d’abord, il est important de savoir que l’intelligence artificielle est associée à différentes choses de nos jours. Certaines personnes appellent déjà la robotique « intelligence artificielle ». Je travaille principalement sur des systèmes d’IA qui analysent les signaux d’entrée provenant, par exemple, d’images médicales. Ce processus est censé être automatisé. Dans ce projet, la capacité de reconnaissance d’images par l’IA a été automatisée. L’objectif était d’estimer automatiquement la force physique appliquée à l’œil lors d’une injection intravitréenne par des robots d’injection.

Comment votre méthode améliore-t-elle le profil de sécurité des injections intravitréennes par des robots d’injection ?

Sznitman : L’intelligence artificielle est censée fournir un mécanisme de protection pour le processus d’injection : lors d’une injection intravitréenne effectuée par un robot d’injection, l’ampleur de la force à laquelle l’œil est exposé pendant le processus d’injection peut-être calculée en regardant les données d’image de la caméra. Si cette force est trop élevée, on peut dire au robot de s’éloigner de l’œil. Si la force est suffisante, l’injection peut être poursuivie.

Quand pensez-vous que les injections intravitréennes par des robots d’injection feront partie de notre routine clinique ?

Sznitman : Ce projet est encore très futuriste. Il s’agit d’un prototype conceptuel. Avec elle, nous voulions savoir si les injections intravitréennes par des robots d’injection sont possibles. Grâce à ce projet, nous apprendrons quelles sont les étapes et les mesures supplémentaires nécessaires pour faire de l’injection intravitréenne sûre, précise et personnalisée par des robots d’injection une réalité.

Quels sont les avantages de l’intelligence artificielle pour le système de soins de santé ?

Sznitman : À mon avis, les systèmes d’IA sont des « outils co-cliniques ». Ils sont censés aider les médecins en exercice à accomplir des tâches monotones. Les systèmes d’IA sont capables de reconnaître automatiquement les biomarqueurs. Ils peuvent aider à quantifier le liquide sous-rétinien ou intra-rétinien dans les images OCT. L’impact des systèmes d’IA sur le système de santé est immense : aujourd’hui, une très grande quantité de données sur la santé est générée. L’intelligence artificielle peut nous aider à faire en sorte que les médecins reçoivent les données sanitaires importantes de leurs patients pour leur traitement. Les projections montrent que les systèmes d’IA ont un grand potentiel d’économies dans le domaine des maladies chroniques.

Références :

1. Int J Comput Assist Radiol Surg. 2019 Sep;14(9):1601-1610. doi : 10.1007/s11548-019-02048-3. Epub 2019 16 août. Classification des forces lors d’interventions robotiques par le biais de réseaux de neurones formés par simulation. Mendizabal A1,2, Sznitman R3, Cotin S4.

2. https://www.unibe.ch/aktuell/medien/media_relations/medienmitteilungen/2019/medienmitteilungen_2019/raphael_sznitman_ist_neuer_direktor_des_artorg_center/index_ger.html