Un bon leadership a une grande influence sur le succès d’une entreprise. Cependant, il n’affecte pas tous les facteurs de succès de la même manière.

Un large éventail de sujets pose de nouveaux défis aux entreprises et aux responsables de leur succès : Crise financière, numérisation, Work 4.0, Dieselgate, diversité, développement démographique, redressement énergétique, culture de l’innovation des start-ups n’en sont que quelques exemples. Mais, ce n’est pas seulement le nombre de problèmes, mais aussi la vitesse de changement à laquelle les entreprises doivent faire face aujourd’hui qui a augmenté.

Les thèmes du leadership, de l’organisation et du changement sont, donc, plus importants aujourd’hui que jamais. Dans ce contexte, la société de conseil Mercer a mené une étude sur l’importance du leadership pour la réussite des entreprises. L’étude a interrogé 100 dirigeants, cadres supérieurs des RH et experts expérimentés dans les domaines de la gestion ou du développement organisationnel en Europe centrale.

La majorité des entreprises participantes ont leur siège en Allemagne, suivie de la Suisse et de l’Autriche. La plupart des entreprises sont actives au niveau international, près de la moitié d’entre elles comptent plus de 30 000 employés ou génèrent un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards d’euros. Dix entreprises du DAX 30 sont représentées.

L’étude a examiné, notamment, ce qui distingue un bon leadership ? Le rôle que joue l’organisation dans un leadership réussi et ce que les entreprises peuvent faire pour améliorer leur personnel d’encadrement.

Le leadership a une influence décisive sur le succès des entreprises

Le management a une influence décisive sur le succès des entreprises. En moyenne, plus de 50 % de la rentabilité d’une entreprise peut être attribuée au leadership. Plus des deux tiers des personnes interrogées sont convaincues de la grande importance d’un bon leadership, mais voient des effets différents sur les facteurs de réussite individuelles.

La part des bons gestionnaires est considérée de manière critique

Cependant, les performances individuelles de gestion sont considérées de manière critique. La majorité des personnes interrogées estiment à 39 % seulement la proportion de cadres faisant un très bon travail. Les cinq principaux obstacles rencontrés par les cadres eux-mêmes sont la mauvaise gouvernance (52 %), la concurrence entre les cadres (41 %), le manque de soutien de leur propre supérieur (41 %), les objectifs irréalistes (37 %) et le manque de résilience organisationnelle (33 %).

Selon l’étude, les entreprises pourraient augmenter leur rentabilité de 2,4% en moyenne si une proportion nettement plus élevée de leurs dirigeants pouvait être plus performante.

La gestion du changement comme sujet central de gestion

L’étude continue de montrer l’importance croissante de la gestion du changement pour le leadership. Des facteurs tels que les innovations technologiques, la dynamisation des conditions sociales ou l’évolution des attentes des clients se reflètent clairement dans les entreprises.

Environ 90 % des participants à l’étude estiment que la vitesse de changement dans les entreprises a augmenté ces dernières années. Près de la moitié d’entre eux voient même une augmentation massive et clairement visible. Seuls 5 % des entreprises interrogées n’ont pas procédé à une réorganisation significative dans les 24 mois.

Dans un quart des entreprises, le thème de la gestion du changement occupe jusqu’à dix pour cent du temps de travail total d’un dirigeant. Dans six pour cent des entreprises, les dirigeants doivent y consacrer entre 61 et 80 % de leur temps.