Le 1er janvier 2019, la nouvelle « loi sur l’évitement des pertes de taxe sur la valeur ajoutée dans le commerce de marchandises sur Internet et sur la modification d’autres règlements fiscaux » (initialement JStG 2018) est entrée en vigueur (loi du 14 décembre 2018, Journal officiel fédéral 2018 I p. 2338). Elle touche les opérateurs des marchés électroniques. Selon cette loi, les commerçants en ligne doivent être exclus d’une plateforme en ligne s’ils ne peuvent pas présenter un enregistrement à la TVA. Si cela n’est pas fait, l’opérateur du marché est responsable de la perte de la TVA. À partir du 1.3.2019, les opérateurs du marché peuvent être tenus pour responsables si les opérateurs enfreignent la réglementation et ne sont pas retirés du marché.

Concrètement, cela signifie que les opérateurs des marchés en ligne, tels qu’Amazon ou Ebay, sont désormais eux-mêmes obligés de veiller à ce que leurs commerçants paient la TVA. Ce n’est que s’ils présentent au bureau des impôts un certificat d’enregistrement fiscal de leurs vendeurs actifs que leur responsabilité est éliminée. À partir de 2021, les opérateurs doivent automatiquement payer la TVA des vendeurs en ligne au bureau des impôts compétent.

Dans un premier temps, à partir du 1.3.2019, les concessionnaires qui n’appartiennent pas à l’espace économique de l’UE seront concernés. Pour les opérateurs de l’espace économique européen qui ne sont pas enregistrés, la responsabilité prendra effet à partir du 1.10.2019. Les règles d’enregistrement sont en vigueur depuis le 1.1.2019 – initialement sous forme papier – qui concernent notamment le nom et l’adresse des opérateurs, le numéro d’identification fiscale, le moment et le montant du chiffre d’affaires ; j’ai récemment fait état des formulaires officiels fournis par le BMF entre-temps. (lettre du BMF du 17.12.2018 – III C 5 – S 7420/14/10005-06).

Les détaillants en ligne d’Asie s’inscrivent

Le groupe cible critique des commerçants, dont les opérateurs de marchés électroniques seront responsables à partir du 1.3.2019, est principalement situé en Asie. En particulier, les commerçants basés en Chine, à Hong Kong et à Taïwan réalisent des ventes dans ce pays, mais ne sont souvent pas enregistrés auprès des autorités fiscales et ne paient pas de taxe sur les ventes aux autorités fiscales allemandes. La perte de la taxe sur les ventes est énorme.

Il est, maintenant, clair que les nouveaux règlements sont déjà entrés en vigueur avant d’être appliqués. Alors qu’un total de 432 détaillants en ligne basés en Chine, à Hong Kong ou à Taïwan étaient enregistrés en mai 2017, à la mi-décembre 2018, il y avait déjà 6 760 enregistrements. Rien qu’au cours des six derniers mois de 2018, plus de 5000 enregistrements ont été ajoutés. Le ministère des finances du Bade-Wurtemberg vient d’en informer le public par un communiqué de presse.

Responsabilité centrale du bureau des impôts de Berlin pour l’Asie

Le bureau des impôts de Berlin-Neukölln – l’un des 23 bureaux des impôts de Berlin – est responsable de l’imposition des ventes des entreprises basées en République populaire de Chine (y compris Hong Kong et Taïwan) dans toute l’Allemagne et ne peut se plaindre d’un manque de travail. Si seulement 435 concessionnaires disposaient d’un numéro d’identification à la taxe sur les ventes à la mi-2017, à la fin juillet 2018, il y avait déjà environ 3 000 concessionnaires ; à la mi-décembre 2018, on comptait déjà 6 760 concessionnaires d’Asie – et la tendance est toujours à la hausse. Afin de répondre à la demande croissante de l’Extrême-Orient pour une identification fiscale, le nombre d’employés responsables au sein du bureau des impôts est passé de 9 à 15.

Où et comment l’enregistrement a-t-il lieu ?

Les bureaux des impôts sont responsables de la détermination et de la perception de la taxe sur la valeur ajoutée. La compétence des bureaux des impôts est régie par le § 1 de l’ordonnance sur la compétence locale en matière de taxe sur le chiffre d’affaires des entrepreneurs résidant à l’étranger (ordonnance sur la compétence en matière de taxe sur le chiffre d’affaires). Pour les vendeurs des pays qui ne sont pas énumérés dans ce règlement, le bureau des impôts de Berlin-Neukölln a une compétence centrale (poststelle@fa-neukoelln.verwalt-berlin.de), par exemple pour la Chine (y compris Hong Kong, Taiwan), le Japon et l’Inde.

Après un contact informel (par exemple par courrier électronique) avec le bureau des impôts compétent, celui-ci enverra un questionnaire au demandeur/vendeur afin d’obtenir les informations nécessaires à l’enregistrement fiscal. Après l’enregistrement fiscal réussi, le demandeur sera informé par écrit du numéro d’identification fiscale qui lui a été attribué.